À propos

Le RIFCO est le volet francophone du Knowledge Building International Project (KBIP) qui met en réseau chercheurs, enseignants et directions d'établissements intéressés à mettre en oeuvre une pédagogie de coélaboration de connaissances.

Comment les élèves apprennent-ils dans une pédagogie soutenue par les principes de coélaboration de connaissances ?

Les douze principes de coélaboration de connaissances de Scardamalia et Bereiter (2004) permettent à l’enseignant d’enrichir l’environnement d’apprentissage des élèves en leur permettant d’exploiter différents processus cognitifs et sociaux. La richesse des environnements d’apprentissage des élèves dépendra de l’authenticité des contextes exploités dans les situations d’apprentissage vécues par les élèves, et l’engagement que ces derniers auront envers celles-ci. Les élèves doivent se sentir actifs dans leurs apprentissages, et être aptes à y voir un sens réel et cohérent avec leur quotidien et le monde dans lequel ils vivent. En étant confrontés à des problèmes authentiques et comprenant qu’ils peuvent participer à leur résolution, les élèves sont amenés à investiguer. Ils devront comprendre le problème posé et seront confrontés à des conflits cognitifs avec leurs propres conceptions initiales. Ils soumettront alors des idées à leur communauté qu’est la classe, idées qui pourront être améliorées par les pairs et eux-mêmes. Finalement, ils s’engageront, avec leurs collègues de classes, dans un processus d’amélioration des idées, processus qui leur permettra, ensemble, de résoudre la problématique à laquelle ils sont tous confrontés. Les élèves ne s’engageront réellement dans une telle résolution que s’ils ressentent qu’ils ont la possibilité de participer au discours collectif. Ils devront comprendre qu’ils sont membres d’une communauté d’apprenants, avec laquelle ils partagent un savoir collectif, et envers laquelle ils ont une responsabilité. Les élèves ont une responsabilité collective de faire évoluer leur savoir à travers leurs interactions verbales et écrites. Le savoir collectif de la communauté doit devenir transformatif ; tel sera le cas lorsque les élèves négocieront le sens de leurs idées. Le rôle de l’enseignant est donc de promouvoir une démocratisation du savoir dans sa classe, d’accepter la diversité des idées, tout en insistant sur l’importance d’investiguer auprès des sources d’autorité expertes dans le domaine de la problématique rencontrée. L’interdisciplinarité au sein des situations d’apprentissage rend les problématiques soumises aux élèves encore plus réelles. Le contexte peut être encore plus authentique quand le problème de départ est soulevé par les élèves ; lorsqu’ils sont amenés à s’interroger sur le monde qui les entoure. Une pédagogie de coélaboration de connaissances permet donc des apprentissages durables et transférables d’une situation à une autre et favorise le développement de compétences qui amèneront les élèves à apprendre tout au long de leur vie.