L'École en réseau

 

Description du projet
Visées de l'ÉER
Une approche pédagogique en trois volets
L'ÉER au-delà de la classe
L'équipe d'accompagnement
Projets connexes

Une classe en réseau, c’est une classe avec une connexion sur l’externe. Un mur numérique permet d’accéder à des ressources et à des outils ainsi qu’à des personnes du lieu de la classe. Ce qui la distingue encore plus, c’est son fonctionnement en communauté d’apprentissage alors qu’enseignants et élèves rejoignent et collaborent avec d’autres classes, d’autres écoles, mais aussi d’autres milieux culturels via les technologies utilisées. L’École en réseau (ÉER), d’abord appelée l’École éloignée en réseau (ÉÉR), a fait ses débuts il y a plus de 10 ans dans le cadre d’une initiative gouvernementale visant le maintien des petites écoles rurales. Au départ, le modèle de l’École éloignée en réseau visait à enrichir l’environnement éducatif des petites écoles, puis le modèle a évolué vers celui de l’École en réseau, ouvert maintenant à toutes les écoles du Québec. Résultat d’un partenariat entre plusieurs commissions scolaires et le Ministère dont l’action est informée et documentée par une équipe de recherche et d’intervention (ÉRI), l’École en réseau s’appuie sur les plus récentes recherches en sciences de l’apprentissage qui prennent en considération les compétences attendues au 21e siècle, et d’ailleurs ciblées par l’UNESCO afin d’éclairer et soutenir les pratiques en réseau des enseignants et des élèves. Aujourd’hui, toutes les écoles du Québec peuvent profiter de l’expérience de l’École en réseau.

L’ÉER vise à

  • enrichir l’environnement d’apprentissage des classes et des écoles;
  • assurer l’accès à une éducation de qualité et l’égalité des chances, peu importe la situation géographique de l’élève sur le territoire québécois;
  • faire bon usage de technologies de collaboration pour développer les habiletés cognitives, métacognitives et sociales des élèves ;
  • donner aux enseignants et aux élèves l’accès à des ressources et à des outils délocalisés pour la réalisation d’activités d’apprentissage;
  • briser l’isolement professionnel des enseignants qui vivent cette situation;
  • soutenir l’innovation pédagogique au sein de l’école.

Une école devient une ÉER lorsqu’elle décide d’offrir le support et l’accompagnement nécessaire aux enseignants dans leurs usages des technologies de collaboration, entre autres, les outils de mise en réseau recommandés (un système de visioconférence et un forum électronique) pour que les élèves puissent apprendre et travailler avec d’autres d’une ou plusieurs classes et/ou avec des personnes de la communauté locale, de la région, de la province, du pays, voire du reste du monde.

Une approche pédagogique en trois volets

  1.  Instaurer en classe le modèle communauté d’apprentissage Un environnement propice à la collaboration où la dynamique de classe est particulière puisqu’elle promeut le respect, le dialogue et l’entraide. Les intentions pédagogiques comme les intentions d’apprentissage des élèves sont formulées ouvertement, et tous contribuent, selon leurs aptitudes diverses, à l’atteinte du but d’apprentissage visé. L’investigation collective est encouragée afin de comprendre et aussi résoudre des problèmes reliés aux domaines d’apprentissages du Programme de formation de l’école québécoise.
  2. Faire apprendre par voie de coélaboration de connaissances Co-élaborer des connaissances, c’est apprendre en profondeur. Ce sont les questions complexes qui s’y prêtent, car si la réponse recherchée est claire et précise, quelqu’un la trouvera et l’investigation s’arrêtera là. En dialoguant avec les élèves, l’enseignante ou l’enseignant saura repérer une question ou un problème qui suscite particulièrement leur curiosité, et dont l’investigation pourra conduire à la réalisation de divers apprentissages du programme scolaire. Co-élaborer des connaissances permettra non seulement d'améliorer leur compréhension individuelle du problème ou de la question retenue, mais aussi d’en développer une compréhension collective, soit une compréhension négociée entre les membres de la petite communauté en réseau, y inclus l’enseignante ou l’enseignant. Pour y arriver, il faudra encourager les élèves à formuler des idées, soient leurs « théories » sur le problème, et à les améliorer par la suite. Pour qu’ils s’engagent dans un tel processus et maintiennent leur engagement, il faut qu’un intérêt authentique soit présent, qu’ils soient guidés dans leurs recherches. Place est laissée à la créativité, à la diversité des idées, mais il faut aider les élèves à s’appuyer sur des ressources documentaires fiables. Il faut aussi promouvoir la responsabilité envers l’avancement de l’état des connaissances de toute la classe à travers un processus d’évaluation partagée et continue qui permettra de réfléchir ensemble sur la démarche d’investigation collective en cours.
  3. Faire progresser le discours Engagés dans l’investigation d’un problème réel et authentique, les élèves auront d’abord été appelés à formuler des questions, des idées quant à la compréhension première qu’ils en avaient et, par la suite, à améliorer collectivement les idées paraissant les plus prometteuses. Le discours de classe, produit de leurs contributions écrites comme des échanges verbaux en classe ou en visioconférence, progresse lorsque les élèves négocient le sens d’une question posée, d’une information trouvée, de données cueillies. L’objectif est d’en arriver à une compréhension collective de ce sur quoi ils s’interrogent. Ainsi, caractérisé par le questionnement, ce processus développe l’esprit critique et la collaboration tout en permettant aux apprenants d’approfondir leurs compréhensions individuelle et collective d’un sujet donné.

L’ÉER au-delà de la classe

Les outils de l’École en réseau ont aussi été expérimentés par des professionnels des services complémentaires, permettant à des psychoéducateurs, conseillers en orientation, orthophonistes, d’offrir des services aux élèves et aux enseignants en réseau. Ce nouveau mode de travail, qui n’a pas la prétention de se substituer aux pratiques habituelles, mais d’agir en complémentarité, offre l’avantage d’optimiser les ressources professionnelles et les services aux petites écoles en offrant plus de possibilités aux professionnels. De plus, des expériences de conseils d’établissement en réseau, d’animation des équipes-écoles et différentes modalités de l’usage du numérique ont vu le jour au cours des dernières années, favorisant une gouvernance qui répond aux impératifs de gestion de plusieurs petites écoles pour les directions d’établissement concernées.

L’équipe d’accompagnement

L’équipe de coordination, d’intervention et de recherche de l’ÉER, sous l’égide du CEFRIO et dirigée par des directions générales de commissions scolaires, a pour mission de fournir un ensemble de services aux écoles qui font le choix de ce modèle. L’équipe de l’ÉER offre :

  • L’accès à une plateforme privée et sécurisée de visioconférence en classe (Via de SVI eSolutions inc.);
  • L’accès au Knowledge Forum, le forum de coélaboration de connaissances par excellence;
  • L’accès à des activités de développement professionnel en réseau pour les enseignants et les autres participants intéressés;
  • L’accès à des activités de partage de pratiques pédagogiques, dont la session annuelle de transfert;
  • L’accès pour les enseignants et les élèves à des projets nationaux et au projet international de coélaboration de connaissances (KBIP) L’accès à la salle de soutien et d’accompagnement du lundi au vendredi;
  • L’accès à des outils pour les directions d’établissement et les professionnels des services complémentaires;
  • L’accès à des activités d’appropriation du modèle de l’ÉER adaptées aux besoins des écoles qui souhaitent le mettre en œuvre.

Projets connexes

De nombreux projets ont été créés selon le modèle de l'École en réseau. L'utilisation des deux outils technologiques, soit le Knowledge Forum et la plate-forme de webconférence VIA, est également mise en valeur dans ces projets. 

À l'aide du Knowledge Forum, outil qui leur a servi à soutenir leur démarche de coélaboaration de connaissances, les élèves d'une classe de la commission scolaire Eastern Township ont enquêté sur les menaces actuelles et potentielles d'un étang de leur localité.

Pour plus d'informations, consulter le site web http://eer.qc.ca.